Vous êtes ici : Accueil / Les comprimés d’iode / Les campagnes de distribution

Les comprimés d’iode

Les campagnes de distribution

Le bilan de l'action autour de Gravelines en 2000.

En juin 2000, une campagne de distribution préventive d'iode stable à destination de la population présente dans le rayon de 10 km a été organisée autour de la centrale nucléaire de Gravelines.Elle a concerné environ 67 000 personnes et 1 756 établissements.

L'évaluation qualitative effectuée après cette opération a révélé un taux de couverture de la population générale de 54 %,des résultats plus faibles que lors de la première campagne de 1997 et des populations cibles (familles avec enfants) ayant une couverture moindre que les autres foyers.

La Direction Départementale des Affaires Sociales et Sanitaires conjointement à la Direction Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement et à la cli , a donc proposé d'organiser en fin d'année 2002 un complément de distribution en porte à porte, cette prestation étant concédée à un prestataire extérieur à l'Administration et à l'exploitant de la centrale nucléaire.

Suite à plusieurs réunions en Sous-préfecture de Dunkerque,l'Association pour la Promotion de la Santé dans la région dunkerquoise a obtenu le mandat pour engager l'opération selon un cahier des charges approuvé par les autorités de l’État.

La campagne de 2005

En mars 2005, les personnes résidant dans la zone des 10 km autour des centrales nucléaires de Nogent-sur-Seine, Belleville-sur-Loire, Golfech et Fessenheim ont reçu un courrier des pouvoirs publics les invitant à se rendre dans l'une des pharmacies figurant sur la liste jointe au courrier afin d'y retirer des comprimés d'iode stable.

Au cours de l'année 2005, les personnes habitant à proximité de toutes les autres centrales nucléaires d' edf ont également été concernées par cette campagne de distribution. Celle-ci, initiée par l'asn et la direction de la défense et de la sécurité civiles du Ministère de l'intérieur, a fait suite aux distributions de comprimés d'iode effectuées en 2000 et 2002. Certains comprimés distribués à cette époque arrivaient en effet à péremption en 2005.

Chaque famille résidant dans la zone des 10 km autour de la centrale a été destinataire d'un courrier d'information personnalisé co-signé par le Directeur général de la sûreté nucléaire et dela radioprotection, le Directeur de la défense et de la sécurité civiles et le Président du conseil national de l'ordre des pharmaciens. Ce courrier a été accompagné d'un bon de retrait des comprimés en pharmacie et de deux dépliants d'information, l'un portant sur les comprimés d'iode, l'autre sur le contrôle de la sûreté nucléaire de la centrale.

Au préalable, une circulaire du 8 février 2005 précisant les modalités de cette nouvelle campagne de distribution avaient été adressée aux préfets.

La campagne de 2007

A la demande du Ministère de la Santé, l' asn a travaillé sur une nouvelle stratégie de distribution des comprimés d'iode.

Les mandats demandés par le Ministère de la Santé étaient :

  • Élaborer une nouvelle «doctrine iode» sur la base des travaux conduits en 2005.
  • Élaborer une stratégie centrée sur la population réellement exposée et plus particulièrement sur les moins de 18 ans et les femmes enceintes.
  • Harmoniser les pratiques avec les pays frontaliers, en matière de recours à l'iode stable.

Les objectifs d'une nouvelle doctrine :

  • Mieux protéger la population et particulièrement les personnes les plus sensibles.
  • Harmoniser nos niveaux d'intervention et mesures sanitaires avec les pays frontaliers.
  • Disposer d'une doctrine claire et simple.

Les contraintes à prendre en compte :

  • Les plans départementaux de gestion des comprimés d'iode.
  • L'organisation en place dans les pays frontaliers.
  • La nécessité d'anticiper et ce dans l'urgence

En quelques idées simples, les grandes lignes du projet de nouvelle stratégie de distribution des comprimés d'iode étaient :

  • Les comprimés d'iode ne protègent que des iodes radioactifs.
  • Les rejets contiennent plusieurs autres éléments radioactifs.
  • Le niveau de dose équivalente à la thyroïde (organe sensible aux iodes radioactifs) est calculé. Il est 5 à 10 fois supérieur chez un enfant d'un an par rapport à un adulte.
  • L'exposition par ingestion (de lait par exemple) peut représenter jusqu'à 80% de l'exposition totale de la thyroïde.
  • La mise à l'abri diminue d'un facteur 2 à 10 l'exposition.
  • La concentration des principaux isotopes d'iode radioactifs est divisée par 1000 en trois mois.

Les points clés :

  • Personnes exposées et sensibles.
  • Situation d'urgence = simulation, anticipation, prévention.
  • L'acteur principal = le citoyen encadré par la protection civile.
  • Un ensemble d'actions de protection des populations cohérent.

Les actions :

  • L'information immédiate puis régulière de la population.
  • Des recommandations ciblées sur les moins de 18 ans et, par extension, les femmes enceintes (mise à l'abri, restriction de consommation, ingestion d'iode, évacuation).

Les moyens :

  • Abaissement du niveau d'intervention.
  • Extension des zones dans lesquelles sont faites les recommandations ( ppi et au-delà).
  • Forme galénique à 65 mg.
  • Distribution préventive gratuite de comprimé d'iode stable.

La communication :

  • Des campagnes d'éducation sanitaire et d'information régulières (locales et nationales).
  • Des informations spécifiques aux différents acteurs.

La réglementation :

  • Intégration des plans ( ppi ,...) dans l'architecture du plan orsec.
  • Un arrêté qui définit les objectifs (partagés), les responsabilités et les compétences des acteurs concernés,

La campagne de 2009

Cliquez-ici pour consulter le site national dédié à l'iode.

Avec un taux de couverture de 52,2%, la première phase de la campagne de distribution autour de la centrale nucléaire de Gravelines présente le troisième meilleur chiffre au niveau national.

A partir du 15 février 2010, les riverains qui ne s'étaient pas déplacés en pharmacie entre les mois de juin et décembre 2009, ont reçu directement chez eux un courrier nominatif accompagné d'une boite de comprimés d'iode.

L' asn , les ministères chargés de l'Intérieur et de la Santé,avec le soutien d' edf et de l'ordre national des pharmaciens ont organisé, à l'échelon national, à partir du mois de juin 2009, une nouvelle campagne de distribution des comprimés d'iode aux populations vivant à proximité d'une centrale nucléaire. Dix-neuf centrales nucléaires edf étaient concernées et plus de 500 000 boites de comprimés ont été distribuées.

Le courrier que les riverains de la centrale de Gravelines ont reçu comprenait un «bon de retrait», une notice explicative «Info Iode» sur tout ce qu'il est bon de savoir sur les comprimés d'iode et une notice sur le contrôle de la sûreté nucléaire en France, rappelant le rôle des différents acteurs ( edf , asn , cli ).

La population était invitée à lire attentivement toutes ces informations, à se rendre à la pharmacie la plus proche de chez elle pour aller chercher sa nouvelle boîte de comprimés et à ne pas hésiter à poser toutes les questions qu'elle jugeait nécessaire à leur pharmacien.

La Commission Locale d'Information de Gravelines regrette que les pouvoirs publics n'aient pas donné plus de temps à la préparation de cette campagne. La cli aurait souhaité s'appuyer sur ses membres et partenaires pour relayer, expliquer, accompagner les informations que les populations ont reçu. Néanmoins la cli reste à la disposition des populations pour leur apporter toute l'aide et l'information qu'elles souhaitent.

Le bilan de la campagne de 2009

Depuis plusieurs années, l' anccli a été associée au groupe de travail «communication»de l' asn en charge de l'élaboration de la dernière campagne de distribution des comprimés d'iode.

L'ancclia profité d'une réunion, le 1er juillet 2011, pour faire remonter aux instances organisationnelles, les questions et suggestions des cli sur ce sujet et notamment la nécessité de tenir compte du retour d'expérience de Fukushima.

Retrouvez ci-dessous les bilans quantitatif et qualitatif de la dernière campagne ainsi que la lettre de l' anccli à l' asn .

 
Haut de page